Accueil > Bandeau > A la Une > Homélies > Homélie du 11 juin 2017

Homélie du 11 juin 2017

P. Marie-Dominique

Frères et Soeurs,

Lorsque nous baptisons un nouveau chrétien, nous le faisons toujours « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Lorsque nous entrons dans une église, lorsque nous voulons prier, la coutume veut souvent que nous fassions sur notre corps un signe de la croix, c’est-à-dire que nous rappelions, par un geste, notre foi en notre baptême et en la sainte Trinité.

Croire que Dieu n’est pas enfermé dans un monolithisme solitaire, croire que Dieu vit déjà en lui-même le secret d’une relation d’amour entre trois personnes, et maintenir, malgré l’impossibilité que nous avons à comprendre la chose, un monothéisme rigoureux, cela est typique de la foi chrétienne. Aucune religion, dans l’histoire, n’a pu annoncer cela et le reproche a souvent été fait, est souvent même encore fait aux chrétiens de vouloir adorer trois dieux. D’où vient donc cette originalité chrétienne ? En fait, elle remonte aux origines de la révélation faite à Moïse. Alors que le peuple s’est mal conduit envers son libérateur, Dieu annonce : « Je suis...le Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour et de fidélité ».Beaucoup pensent que le Dieu d’amour ne s’est révélé que dans l’Evangile. Ils s’imaginent que, dans l’Ancien Testament, Dieu s’est toujours montré le Dieu tout-puissant, vengeur et guerrier. Il n’en est rien cependant puisque dès la première révélation, c’est le Dieu amour qui s’est révélé. Seulement les hommes, les premiers croyants, ont eu du mal à se faire à cette révélation. Au fur et à mesure de leurs péchés, ne pouvant croire au pardon de l’amour , ils ont surtout ressenti sa justice. Ils n’arriveront que très lentement, au fil de leur progression spirituelle, à la traduire autrement qu’à travers ce dont ils avaient eux-mêmes l’habitude, à savoir la punition, la vengeance et la mort !

Mais Dieu est amour !Et il faut savoir tirer les conséquences de cette révélation.Si Dieu est amour, il l’est éternellement, il l’est par nature. En Dieu tout est parfait, tout est éternel. L’amour est parfait, l’amour est éternel. Et c’est ici que se pose une question de simple bon sens. Pour aimer il faut être au moins deux. Si Dieu, dans son antériorité éternelle, donc avant la création, était vraiment solitaire, comment aurait-il pu connaître et vivre l’amour ? Il aurait du attendre le moment de la création de l’homme. Mais cette création, il ne l’aurait jamais faite, puisque n’ayant aucun désir d’aimer, aucune connaissance de l’amour, il n’aurait jamais pu avoir l’idée de créer, c’est-à-dire de se donner lui-même à un autre en donnant sa vie et sa ressemblance. Seul l’amour peut créer, peut appeler à la vie et au partage. Si Dieu crée, c’est qu’il a l’habitude de l’amour. C’est donc qu’en lui-même et de toute éternité l’amour existe dans un échange, une relation mystérieuse entre deux êtres dont l’amour , précisément, fait qu’ils ne sont qu’un. Cette relation d’amour elle-même, lorsqu’elle vit en Dieu, ne peut pas ne pas être divine par nature. Tout est parfait en Dieu, donc aussi la relation. Et cette relation parfaite ne peut être qu’un Troisième, identiquement Dieu, lien parfait, communion parfaite.

Ceci fait que, lorsque Jésus nous parle de son Père et de l’Esprit-Saint tout en se présentant lui-même comme le Fils, aussitôt la vraisemblance de cette annonce saute aux yeux de tous ceux qui ont vraiment reconnu que Dieu est amour.Le Père aime tellement le Fils, le Fils aime tellement le Père.Et leur amour mutuel ne peut être qu’une troisième Personne égale aux deux autres, éternelle comme elles, Dieu comme elles ! Les trois Personnes étant réunies, unifiées, rassemblées si l’on peut dire dans l’Unité parfaite par l’amour qui les constitue identiquement. L’unité, l’unicité n’est-elle pas le vrai projet impossible de notre amour humain ? Projet impossible à réaliser dans nos vies. Projet qui prend, dans la foi, figure de vocation et d’appel, puisque tout amour vient de Dieu et qu’en Dieu, le rassemblement dans l’unité est une réalité éternellement accomplie.
La Trinité, dans la multiplicité des personnes mais dans une nature pourtant unique, peut devenir, pour nos existences fragiles, la plus forte des énergies. Au lieu de sombrer dans le désespoir devant l’impossible réalisation de notre désir le plus profond nous pouvons voir naître en nous l’espérance d’un appel reçu de ce Dieu à qui rien n’est impossible puisqu’il se révèle capable de vivre dans l’unité des trois Personnes qu’il est.
Oui, ce Dieu là peut appeler nos familles, nos pays et le monde entier à rechercher l’unité dans l’amour puisqu’il est lui-même l’artisan de l’unité si nous savons lui ouvrir toutes grandes les portes de notre vie comme de notre histoire . Amen.